Claudine

ON NE MARCHANDE PAS AVEC DIEU !

« Du sein de la détresse j’ai invoqué l’Éternel : l’Éternel m’a exaucé, il m’a mis au large » (Psaume 118.5).

Mariage, divorce, remariage… et au bout du compte la dépression! Heureusement, l’histoire ne s’est pas arrêtée là !

Je m'appelle Claudine. Mon enfance et mon adolescence se sont passées dans une ambiance athée. Lorsque le nom de Dieu était prononcé à la maison, c’était pour plaisanter. Je n'ai donc jamais eu d'éducation religieuse. Pourtant, à l'adolescence, lors de moments difficiles, je m'adressais à Dieu, même si je ne le connaissais pas: «Si tu existes, aide-moi». Bien des années plus tard, je me rends compte qu'il l'a fait.

UNE TRÈS BELLE HISTOIRE

Je me suis mariée à 19 ans. Quelques années plus tard, j'étais en instance de divorce et en très grande souffrance. Ma belle-mère était une chrétienne convaincue qui vivait pleinement sa foi. Au moment de mon mariage, elle avait bien essayé de me parler de Dieu, de Jésus-Christ son Fils, de la Bible et des miracles qu'elle relate, de la raison de la venue de Jésus-Christ sur cette terre pour me sauver. Je trouvais cette histoire très belle, mais ne me sentais pas du tout concernée. Et voilà que 5 ans après, elle m'assurait que, dans la détresse où je me trouvais, seul Jésus pouvait m'aider, me consoler, et que rien ne lui était impossible. J'ai donc fini par l'accompagner au culte le dimanche dans une église évangélique. Au fil des cultes et des études bibliques, j'ai appris à connaître Dieu et je me suis approchée de lui. J’ai été baptisée. Mais voilà! Bien que très touchée par l'histoire de Jésus, mon approche de Dieu était intéressée, du genre: «Puisque tu peux tout, rends-moi mon mari et je te suivrai». Mais maintenant, je sais que l'on ne marchande pas avec Dieu; rien ne s'est passé comme je le voulais. Mon divorce a été prononcé. Mon mari est parti vivre avec une autre femme qui attendait un enfant de lui alors qu'il n'avait jamais voulu entendre parler d'enfant avec moi.

Mon approche de Dieu était intéressée !

PRISONNIÈRE

J'étais si désespérée que j'ai tenté de me suicider. Petit à petit, je me suis éloignée de Dieu en reprenant ma vie comme avant. Je pensais que Dieu m'avait déçue. Cette vie était faite de hauts et de bas, de plus de bas que de hauts je dois bien l'admettre. Et puis, 4 ans après mon divorce, j'ai rencontré Gilbert qui allait devenir mon second mari. Nous avons eu une fille, Frédérique. J'avais apparemment tout pour être heureuse et pourtant je ne l'étais pas. Il me manquait quelque chose. J'avais un grand vide que je ne m'expliquais pas. Quelques années plus tard, je me suis trouvée prisonnière d'une profonde dépression nerveuse qui, au bout d'un an de traitement et de suivi psychiatrique, ne me lâchait pas. Je me suis donc retrouvée dans une maison de repos à 600 km de chez moi. C'était la dernière tentative de guérison avant le séjour en hôpital psychiatrique. J'y ai passé deux mois, sans amélioration. Un jour, une nouvelle résidente est arrivée. C’était une jeune femme, chrétienne convaincue, tout comme mon ex belle-mère. Elle est venue vers moi avec sa Bible et nous avons beaucoup discuté. Je sais aujourd’hui que ce n’était pas par hasard. Je découvrais à nouveau Dieu. Cela faisait 12 ans que je m'étais détournée de lui.

 

DANS LES BRAS DE DIEU

Ce n'est pas tout! Juste à côté de la maison de repos se trouvait une église évangélique. Dieu veillait sur moi et voulait me ramener à lui. Nous sommes allées au culte toutes les deux et c'est là que, en larmes, je me suis jetée dans les bras de Dieu, lui demandant pardon de l'avoir abandonné si longtemps. Je l’ai prié de bien vouloir m'accepter à nouveau et cette fois sans rien attendre en retour, sauf son amour. Je venais à Dieu pour lui et non pour ce qu'il pouvait m'apporter. Quelques jours plus tard, je retrouvais mon mari et notre fille Frédérique à la maison où j'étais de retour.

Gilbert a très mal réagi à l'annonce de ma conversion. Il était «anti-Dieu» à fond comme toute ma famille. Une petite persécution s'est installée à la maison, mais cette fois je m'étais bien promis de ne pas «lâcher» Dieu, plus jamais, même sous la pression. Il y a eu des moments difficiles entre Gilbert et moi, mais avec l'aide de Dieu j'ai tenu bon.

Je suis retournée dans l'église que j'avais brièvement fréquentée 12 ans auparavant. J'ai pu reprendre mon travail arrêté depuis 18 mois. Dieu avait agi en ma faveur et j'étais guérie de la dépression.

 

SUJET TABOU

Frédérique m'accompagnait aux cultes et fréquentait les clubs d'enfants de l'église. Je priais pour que Gilbert change aussi d'attitude. Pendant longtemps il n'a pas voulu entendre parler de Dieu; c'était un sujet tabou à la maison. Je crois qu'il était un peu jaloux de mes nouveaux amis à l'église car il refusait catégoriquement de les rencontrer. Il se posait des questions au sujet de ma guérison, des changements qui s'opéraient dans ma vie.

Surprise! Un dimanche, il s'est proposé de nous accompagner au culte Frédérique et moi, pour «voir comment ça se passe là-dedans». Apparemment cela s'est bien passé «là-dedans», car il y est revenu chaque dimanche. Peu de temps après il s'est engagé dans cette église pour aider à diverses tâches. Dix-huit mois après, il demandait à être baptisé.

Cela fait maintenant de nombreuses années que nous sommes devenus enfants de Dieu par la foi en Jésus-Christ et jamais nous ne l'avons regretté, bien au contraire. Comme tout le monde, il nous arrive d'avoir des fardeaux, mais Dieu est là pour nous aider à les porter. Jésus est venu sur cette terre pour aider, sauver ceux qui ont besoin de lui et qui lui demandent son aide avec foi.

 

Jésus est mort, les hommes l'ont tué parce qu'il en dérangeait certains. Il est ressuscité, est retourné auprès de Dieu son Père où il prépare une place pour ceux qui viendront le rejoindre parce qu'ils auront cru en lui de leur vivant. Jésus reviendra sur cette terre et ceux qui l'attendent sont impatients de ce retour. Faites-vous partie de ceux-là? Moi j'en fais partie.

 

Recherchez Dieu et il se laissera trouver par vous.

 

[Claudine, Valence]

Date posté: 
2017-05-01
Prénom témoin: 
Claudine
Catégorie: 
Divorce, dépression, guérison, reconstruction